Activité portuaire : faire de Boulogne-sur-Mer une métropole maritime !

Livre programme side 6

Pour télécharger cette page au format PDF, cliquez sur le lien suivant :

HONVAULT_doc_A5b__Side_06_

Posté par Richard Honvault à 18:41 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

Frédéric Cuvillier dépassé par ses dossiers

Atterré devant le manque totale de connaissance, de vision, et d’inepties de la bouche d’un ministre des transports, en plus Docteur en droit, à la lecture de l’article dans La Semaine dans le Boulonnais du 28 janvier 2014 sur l’avenir du port de Boulogne.

Je cite Frédéric Cuvillier : « La spécificité de Calais, c’est le transmanche sous toutes ses formes. Calais est un port mono activité. Et s’en sort bien. Idem à Dunkerque pour le commerce. »

Faux ! Calais n’est pas un port mono activité. C’est aussi un port de commerce avec 542 000 tonnes en 2013 représentant tout de même 10% des recettes portuaires. C’est également un port de pêche avec 9 bateaux (500 tonnes environ) et aussi un port de plaisance non négligeable avec 307 anneaux.

Faux ! Dunkerque avec 43,5 Millions de tonnes de marchandises est le 3ème port de France mais il est aussi avec 2,5 millions de passagers, le 2ème port de voyageurs de France juste derrière Calais…Il est aussi un port de plaisance non négligeable avec 625 anneaux. Plus important que celui de Boulogne de 475 anneaux…

Vous parlez d’une mono-activité ! Non, parlons d’activité dominante. Comment voulez-vous prendre les bonnes décisions lorsque vous partez sur des idées fausses ?

Il ne faut pas confondre mono-activité et activité dominante.


Calais et Dunkerque s’en sortent bien en tant que port polyvalent avec une activité dominante. Le problème de Boulogne est la disparition de la polyvalence qui fait le dynamisme des deux autres. Le port de Boulogne ne survit en tant que port que grâce à la pêche…et encore, précisions que 90% des 380 000 tonnes de produits de la mer traités sont acheminés par la route….

Arrêtons de tirer Boulogne vers le bas. Notre projet portuaire prend en compte les réalités sans être galvaudée par héritage politique, avec la ferme volonté de lui redonner du panache et de l’emploi !

 

Richard Honvault.

boulogne-port1

Posté par Richard Honvault à 06:57 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

Batailles municipales : Frédéric Cuvillier contre Frédéric Cuvillier

« On a tous une double personnalité, le vrai c’est l’autre », cette maxime de Nietzsche n’a jamais autant sied à Frédéric Cuvillier.

Comprenez que le principal adversaire qui fera tomber Frédéric Cuvillier lors des prochaines échéances municipales n’est autre que… Lui-même !

Explications :

D’un côté nous avons un ministre d’État, en charge des transports et des questions maritimes, dont l’intérêt principal est d’œuvrer pour l’économie de son pays.

De l’autre, nous avons Frédéric Cuvillier, conseiller municipal, candidat à la mairie de Boulogne-sur-Mer, ancien maire, dont l’intérêt est de promouvoir sa ville.

Sauf que Frédéric Cuvillier a tranché depuis longtemps :

C’est d’abord cette affaire du port du Havre[1] : ledit ministre Frédéric Cuvillier se rend dans ladite ville le 24 mai 2013 afin de souligner les enjeux majeurs du port. Notre ministre venait visiter le chantier d’un futur terminal multimodal qui sera mis en service au deuxième semestre 2014 et qui doit permettre au port du Havre de développer son offre de transfert de fret par voies ferrées et fluviales.

Au ministre Frédéric Cuvillier de conclure : « Le Havre, ce n’est pas n’importe quel port ! »

Mais alors, Boulogne-sur-Mer n’est pas un port ? On m’aurait menti ?

Et les promesses du maire Frédéric Cuvillier d’investir à Boulogne-sur-Mer ? On m’aurait menti (bis) ?

La réponse est que le ministre Frédéric Cuvillier ne pouvait refuser les offres d’investisseurs chinois ayant jetés leur dévolu sur le port normand[2]… Une petite piécette pour Boulogne-sur-Mer peut-être ? Que nenni ! De quoi clouer le bec au maire Frédéric Cuvillier… Car le maire à d’autres projets : ici, ça sera Russie et Plaza, que diable !

 

C’est ensuite le dossier Ifremer. Dernièrement, un collègue chercheur qui voulait des renseignements sur les espèces aquatiques poussa les portes dudit centre à Boulogne-sur-Mer. Et quelle ne fut pas sa surprise d’apprendre que la recherche maritime à Ifremer-Boulogne est morte est enterrée ! Un triste constat passé sous silence par le maire Frédéric Cuvillier…

La raison ? La voici : Jean-Marc Ayrault a décidé de centraliser tous les Ifremer du territoire à Brest avec des prérogatives administratives à Paris. Pourquoi ? Parce que le ministère de la pêche et ses interlocuteurs se trouvent là-bas…[3] Un centre de recherche maritime, fleuron d’un pôle universitaire à Boulogne-sur-« MER » ? Mais enfin ma bonne dame, quelle drôle d’idée !

Le ministre Frédéric Cuvillier aurait pu faire passer l’information au maire Frédéric Cuvillier, ce n’est pas gentil !

Le ministre Frédéric Cuvillier tire donc dans son propre camp : celui de ses amis boulonnais. Et il le sait que trop bien. Ainsi, dans ces municipales, il essaye de corriger le tir pour faire gagner la mairie à Frédéric Cuvillier.

Sauf qu’un électeur français n’oublie jamais quand on le fait cocu et il est déjà trop tard : la défaite de la liste de Frédéric Cuvillier s’annonce patente.

Jean-Louis Parmentier.

Cuvillier_avant-après



Posté par Richard Honvault à 20:57 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

En direct de l'Assemblée Nationale : Hervé Morin, un député soucieux de la fillière pêche

Hervé_MorinSuite au travail de Richard Honvault et de son équipe, couplé aux requêtes déposées à Hervé Morin lors de sa visite des installations à Capécure le 31 mai dernier, le député de l'Eure a posé deux nouvelles questions parlementaires, en direction de Frédéric Cuvillier, qui éveillent l'attention et font avancer le débat et l'action de manière concrète. Cette intervention démontre qu'un maire efficace a plus que besoin de soutiens nationaux pour relever Boulogne-sur-Mer de son marasme.

Publiées au J.O. le 1er octobre, vous pouvez télécharger ces questions au format PDF en cliquant sur les liens suivants :

Tracabilit__filliere

Organisation_FEAMP   

Posté par Richard Honvault à 15:13 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

Questions à Richard Honvault : Quel avenir pour le port de Boulogne-sur-Mer ?

Que penses-tu de la proposition de Frédéric Cuvillier qui souhaite que la C.A.B. prenne la place de la C.C.I pour la gestion du port ?

Le schéma d’organisation du port de Boulogne-sur-Mer est identique à celui des autres ports d’intérêts nationaux. La région est propriétaire depuis 2004 du port suite à la décentralisation. La gestion des équipements portuaires est confiée à un concessionnaire qui est bien souvent la C.C.I. de la ville. Les rapports entre le propriétaire d’un port et son concessionnaire rentrent dans le cadre d’une délégation de service public comparable en schématisant aux relations propriétaires/locataires. Ce mode d’organisation est devenu presque ancestral.

Par ailleurs, l’idée de Frédéric Cuvillier est un non-sens juridique. En fait, à l’issue de la nouvelle D.S.P., il n’y aura plus que 3 concessions :

- La concession du port de plaisance de Boulogne-sur-Mer.

- La concession du port de plaisance de Calais.

- La concession unique des ports de Boulogne-sur-Mer et de Calais.

C'est-à-dire que si la C.A.B. candidate pour être concessionnaire du port de notre ville, elle est candidate aussi pour le port de Calais : le concessionnaire devant être identique aux 2 ports. Il faut donc comprendre que la C.A.B. serait concessionnaire du port de Calais tout en ayant un budget semblable à celui d’aujourd’hui : ceci est dangereux pour les contribuables boulonnais.

Que Frédéric Cuvillier se plaigne du manque de visions est une chose mais de là à postuler comme concessionnaire, il y a un pas dangereux à ne pas franchir. Il est grand temps de se réveiller, puisque le choix du nouveau délégataire de service public a lieu début juillet pour une prise de fonction au 1er janvier 2014. En somme, il est trop tard.

Et pourquoi ne pas partager la propriété du port entre plusieurs collectivités ?

La loi de décentralisation de 2004 a transféré la propriété du port (d’intérêt national) à différentes collectivités dont bien souvent les régions. Le débat est clos. À quoi bon le rouvrir inutilement ? La loi a déjà fixé le cadre, et des instances de concertation existent tel que le conseil portuaire par exemple. Je sais qu’un maire peut dialoguer, et des terrains d’entente existent lorsqu’il s’agit du développement portuaire même si nous n’avons pas les mêmes orientations politiques.

J’ajouterai un élément : il est possible de sortir du domaine portuaire des zones ne servant plus à l’activité portuaire. Je pense à la zone de l’Éperon-République, l’ancienne gare maritime de Boulogne-sur-Mer, que je propose de remanier en laissant quand même une bande le long des quais de domanialité portuaire et donc régionale.

Mais Frédéric Cuvillier avance que la région n’a plus d’argent pour investir ?

Dire que la région Nord-Pas-de-Calais n’a plus les moyens financiers est quand même sacrément osé ! Notre région a certainement des fonds plus solides qu’une communauté d’agglomération et surtout une ville. Le budget du conseil régional c’est 2 milliards d’euros alors que le budget de la C.A.B. c’est 100 millions d’euros soit 200 fois moins…. Le budget d’investissement de la région c’est 600 millions d’euros, et ses recettes ne sont pas plus incertaines que n’importe quelle collectivité. Reconnaissons aussi qu’au-delà des clivages partisans et sans parler de l’opportunité de tel ou de tel investissement, la région a montré, quoi qu’on en dise, qu’elle avait les reins solides au regard des dépenses déjà effectuées. Et pas uniquement pour les ports.

Dominique Dupilet dit dans les colonnes de La Voix du Nord qu’il « pleure tous les matins en voyant le port de Boulogne de sa fenêtre ». Et toi ?

La répartition des compétences entre collectivités territoriales fait que le département est amené à ne plus intervenir dans les domaines économiques. Dominique Dupilet peut pleurer en tant que citoyen et je le comprends car moi aussi je suis révolté.

Il s’avère que Frédéric Cuvillier veut faire venir des investisseurs russes pour ses projets. Quel est ton ressenti ?

Je pense que cette affaire sent le soufre et nous pouvons douter du sérieux des promoteurs immobiliers en contact avec Frédéric Cuvillier. Il suffit de faire des recherches sur Emin Iskenderov, cité dans les colonnes de La Voix du Nord, sa société Hermitage et la maison mère Stroïmontage basée en Russie ainsi que ces dirigeants Sergei Polonsky [1], et Arthur Kirilenko[2].

[1] Voir cet article dans The Wall Street Journal : http://online.wsj.com/article/SB10001424127887323646604578401834274901420.html

[2] Voir à ce sujet http://www.rue89.com/2011/09/18/debat-televise-muscle-version-oligarque-russe-222467

Peut-on se passer d'investisseurs étrangers dans notre ville ?

Il y a déjà eu par le passé des investisseurs étrangers à Boulogne-sur-Mer. Ce n’est pas une nouveauté. Actuellement, je serai plutôt tenté de dire que tout dépend du projet, mais en ce qui concerne le nôtre il n’y en a pas besoin, car il est adapté aux besoins des Boulonnais et à la situation du sol. Le sol de l’Éperon n’est que du remblai sur une ancienne zone marécageuse.

Merci pour cet éclairage. Nous reviendrons prochainement sur ton projet portuaire que tu enrichis depuis 2003.P7030969

 

Posté par Richard Honvault à 23:05 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,