http://richardhonvault.over-blog.com/

1050379_horseback_riding_at_sunset

Je vous invite à retrouver mon actualité sur :

http://richardhonvault.over-blog.com/

Blog de Richard Honvault, secrétaire national du Nouveau Centre en charge de la pêche, la mer et l'économie portuaire et Conseiller municipal UDI/NC

Remerciements

Je remercie mes électeurs pour leur indépendance d’esprit et leur volonté de soutenir une équipe plurielle, rassemblée, porteuse d'un programme chiffré.

Je remercie mes électeurs pour ma réélection au poste de conseiller municipal de Boulogne-sur-Mer. J’assumerai ce poste avec la même volonté de servir le Boulonnais et représenter les électeurs qui m’ont fait confiance. Je suis élu démocratiquement et le resterai afin d’être, comme auparavant, vigilant par rapport à l’équipe Cuvillier. Bien que seul élu mon équipe soudée restera en soutien.

Nous prenons acte que la Côte d’Opale et le Boulonnais ont voté à contre courant du reste de la France. En effet, les maires socialistes sortant sont reconduits, certains voit même toute opposition de centre droit disparaitre. Le PS est victorieux à Coulogne et au Portel, Marquise est une exception.

Constatons qu’à Boulogne-sur-Mer, un Boulonnais sur 4 seulement a voté pour l’équipe sortante de gauche. Plus de la moitié des Boulonnais écœurés par les projets pharaoniques, le déluge médiatique de M Cuvillier et sa posture et le ton de sa campagne, ont effectué un vote de contestation par le biais du FN et de l’abstention.

Depuis le décès de Jean Muselet, les Boulonnais ne sortent pas de cette spirale destructrice que représente l’abstention à chaque élection, hormis les présidentielles. Une abstention qui empêche toute alternative.

Pendant des années le « système » boulonnais a cherché à m’abattre,  et à brouiller  le message, et la vision politique de mon équipe. L’entre deux tours de cette élection a atteint son paroxysme en la matière. C’est un échec, car je suis quand même réélu au conseil municipal…

L’alliance, que nous avions été les premiers à mettre en place, était irréalisable dès le départ, en octobre 2014, au vu du refus de David Dubois ( incohérence concernant la production des comptes de campagne, refus de l'accord laissant à l'UMP les 2ème, 4ème et 8ème et lui la 11ème place,etc...). Le fait d’apprendre une tentative de David Dubois de se rapprocher du FN rendait définitivement toute alliance impossible. (Radio 6 le jeudi 27 mars 2014).

Il est regrettable que les responsables départementaux UMP aient imposé un candidat comme David Dubois.

A tous les gens qui me reprochent de ne pas avoir fait alliance avec D Dubois. Je rappellerai que ce n’est pas moi seul qui ait décidé mais l’ensemble de mes colistiers qui à l’unanimité moins une voix ont refusé cette alliance. La raison est la personnalité même de David Dubois et la nature de ces agissements non conformes à l’équipe de rassemblement NEB.

Je n’ai pas gagné les élections mais j’ai gagné ce qu’il y a de plus précieux : une équipe déterminée, des amis soudés qui ont fait face et qui se serrent les coudes en toutes circonstances. Une équipe qui a fait preuve d'un grand sens politique.

Le constat est sans appel, nous sommes la seule équipe à rester droit dans nos valeurs et à porter clairement et sans ambiguïté les valeurs démocrates et républicaines.

Demain, ne se conçoit pas comme aujourd’hui. Mon groupe continue et franchement, quant à la question de la tête de liste aux municipales 2020, la question n'est pas d'actualité et même déplacée. Nous verrons dans quelques années au temps opportun selon la situation politique nationale et locale et l'évolution de la vie des uns et des autres. Pour les années à venir, mon unique objectif politique est d'assumer mon poste de conseiller municipal en appelant mes soutiens, les électeurs qui m’ont fait confiance et les abstentionnistes à garder les yeux ouverts. Ensemble décidons de rester vigilants par rapport à l’action de l’équipe Cuvillier. Afin de développer une véritable démarche citoyenne participative et active, je les invite sans hésitation à me faire part de toutes leurs suggestions et remarques constructives dont je me ferai le porteur...

 

Richard Honvault

Posté par Richard Honvault à 14:42 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

Message de soutien de Jean-Louis Borloo, ancien ministre et ancien maire de Valenciennes, président de l'UDI

Richard_Honvault_Borloo

Jean-Louis BORLOO, convalescent, ne pouvant honorer la visite prévue, avait chargé Dominique Riquet, élu valenciennois, de transmettre à  Richard Honvault et son équipe,  toute son amitié et son soutien dans ce combat pour remporter la mairie de Boulogne-sur-Mer !

Jean-Louis Borloo nous assure qu'il sera à nos côtés pour appuyer les dossiers visant à donner à Boulogne une nouvelle énergie

Posté par Richard Honvault à 11:47 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

Le point sur l'actualité politique

Richard_HonvaultLa classe politique fait sa rentrée un peu partout en France par le biais des universités d’été. C’est l’occasion pour Richard Honvault de faire un point sur les dernières semaines.

 

Que penses-tu du récent rapprochement entre l’UDI et le MoDem ?

 

Ma porte est ouverte à toutes les formations centristes mais j’ai toujours demandé de la clarification politique. Le MoDem voulait-il aider la gauche locale ou bâtir une alternative ? Quoiqu’il en soit je pratique moi-même ce rapprochement depuis longtemps en travaillant avec des MoDem voulant une alternative politique locale.

 

L’objectif est simple : nous avons besoin d’un Centre fort. Et d’ailleurs Jean-Louis Borloo comme Hervé Morin n’ont pas dit autre chose et je cite «  il n’y aura de rapprochement avec François Bayrou que dans la clarification politique, au niveau national comme au niveau local. Nous ne le ferons pas dans l’ambiguïté mais dans la construction d’une majorité avec nos partenaires de l’UMP. »

 

D’après ce qui a été évoqué, ce rapprochement UDI-MoDem n’est pas la fusion de l’UDI dans le MoDem ou du MoDem dans l’UDI. C’est un processus de fond qui devra s’appuyer sur une structure commune entre l’UDI et le Modem permettant de débattre, de délibérer, de construire un projet politique pour être en mesure de compter dans les années et les décennies à venir.

 

Mais cela ne risque pas de fermer la porte à Droite ?

 

L’UMP traverse une période douloureuse, les clans se font et se défont, c’est comme ça. Certains seront propices à travailler avec nous, d’autres non. Si Jean-Louis Borloo a jugé utile d’ouvrir les discussions avec le MoDem, c’est qu’il y a une raison. Il suffit de voir ma situation locale : l’UMP bien que très réduite en militants est déchirée.

 

L’UDI a terminé sa construction, quel va être maintenant son objectif politique ?

Jean-Louis Borloo et Hervé Morin l’ont très bien rappelé : montrer au Français que nous sommes en capacité de devenir une alternative au PS, à l’UMP et au FN. Cela impose de rassembler toutes celles et ceux qui veulent porter haut et fort la voix centriste. Face à une droite qui est structurellement pessimiste et face à une gauche qui se réfugie dans un optimisme béat, nous devons être les optimistes réalistes qui portent un discours de vérité sur le changement du monde.

 

Comme le dit très justement Jeremy Rifkin, nous sommes dans la 3ème révolution industrielle car ce changement du monde doit nous permettre de retrouver la prospérité et la confiance dans le progrès et dans l’avenir. Voilà le message que nous devons porter dans une UDI rassemblée et confiante.

 

Que penses-tu des propos de François Fillon qui tendent la main au Front National ?

François Fillon fait fausse route. C’est un signe supplémentaire d’un parti malade. Ce n'est pas comme ça que l'on restaure une future majorité.  Jean-Louis  Borloo a été très dur à l’égard de ces propos : « Je ne sais pas si François Fillon n'a pas sapé le fondement doctrinaire et républicain de sa famille politique historique » a-t-il lancé. En ajoutant : « si c'est le cas, c'est extrêmement grave […] l'UMP en tant que prétention à incarner la Droite et le centre est morte cette semaine.»

D’autres propos ont fait le buzz ces derniers jours : ceux d’Antoine Golliot…

 

Évoquer de la sympathie pour Jörg Haider, connu pour avoir fait l’éloge de la politique de l'emploi du Troisième Reich  ainsi que ses propos élogieux sur la Waffen SS, rappellent bien quel esprit dangereux se cache derrière ce préposé à la mairie de Boulogne-sur-Mer et sur les idées du Front National.

 

Ici, cela n’a échappé à personne car les propos d’Antoine Golliot ont été diffusés à une heure de grande écoute au « Petit Journal » en plus d’être un effet « tâche d’huile » par les podcasters sur Internet. Marine Le Pen doit sûrement s’assagir avec l’âge parce qu’au Front National on en a limogé pour moins que ça…

Pas d’alliance locale et nationale avec le Front National donc…

 

L’alliance avec le FN est impossible pour des raisons programmatiques et idéologiques.  Prenez leur programme : pas une seule proposition ne correspond à ce que l’UDI pense, de près ou de loin, par exemple. Et je dirai même pas une proposition ou une pensée avec les Droites et des Centres en France. Comment un parti qui s’aventure dans des idées comme l’augmentation de la dépense publique, la sortie de l’euro, l’inflation, la fermeture radicale des frontières, peut-il redresser notre pays ?

 

Localement, il faut que chacun se souvienne de ce qu’il est advenu des villes gérées par le Front National : un endettement démentiel et des affaires judiciaires systématiques qui ont conduit les maires du parti en correctionnelle.

 

Pourtant le Front National prend du poids car les Français crient leur ras-le-bol et font de moins en moins confiance à nos parlementaires. Et tu sais très bien ce qui arrive quand la pression populaire monte !

 

Je les comprends car moi aussi j’en ai marre ! Mais pas besoin d’appeler à voter les extrêmes pour assouvir son mécontentement.  Prenons un cas d’école : l’Europe. Cette construction n’est pas celle que nous devons avoir, je suis le premier à le dire.

 

Mais les opposants à l’Europe démocratique et des libertés ont toujours été portés par des régimes totalitaires, avec l’aboutissement du succès des leaders extrémistes de gauche et de droite : Hitler, Ceausescu, Franco, Tito, Mussolini… Et Haider ! Car Il faut faire attention :   Parler de mouvements extrémistes c’est massacrer la démocratie.

 

Plusieurs fois j’ai alerté devant le fait que l’ont faisait du bruit mais que l’on ne posait par les vraies questions et j’ai été content d’entendre Hervé Morin jeter une nouvelle fois un pavé dans la mare : « si le FN séduit aujourd’hui 25% des Français c’est parce que le gouvernement Fillon n’a pas été à la hauteur des responsabilités. »  Voilà pourquoi sur la montée du FN, ne cherchons pas à rendre le PS uniquement responsable de tout car la majorité sous l’égide de Nicolas Sarkozy est co-responsable de la situation. L’UMP et les centristes ont été dix ans au pouvoir et au lieu de se confronter aux problèmes elle les a, pour certains, contournés.

 

Bien souvent j’ai reproché cette stratégie d’évitement des problèmes. Hervé Morin a d’ailleurs bien posé en quelques mots l’enjeu du « monde nouveau » de la 3ème Révolution industrielle qui nécessite pragmatisme, réalisme, volontarisme. Ces enjeux nationaux trouvent leur pendant au niveau local avec le programme de NEB que nous conduisons avec une liste de rassemblement de l’UDI, certains de l’UMP, du Modem, des écologistes et des sans étiquette.

Posté par Richard Honvault à 18:56 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

Une rentrée sous le signe d'une ferveur citoyenne !

Richard_Honvault_groupe

 

Samedi dernier sonna la joie de 11 ans d’engagements et de travaux. En pleine période de vacances, une partie de mon équipe se rassemble pour une réunion, une photo s’improvise, non pas avec 3 personnes mais une cinquantaine, et ce n’est qu’une partie de l’équipe de Nouvelle Energie pour Boulogne.

L’enjeu d’un élu d’opposition est de préparer une alternative, c'est-à-dire une structure militante forte et une équipe de qualité. C’est mon combat ! J’ai réussi malgré les embûches et avec NEB, la commune de Boulogne-sur-Mer dispose du groupe de Centre-droit le plus important depuis les années 1920.

Investi par l’UDI, je suis entouré d’une équipe de rassemblement UDI, UMP, MoDem, écologistes et sans étiquette.

C’est la formule gagnante : regardez Amiens, Arras, Valenciennes.

Après 11 ans, une connaissance des dossiers acquises, une vision pour Boulogne bâtie avec mon équipe depuis 2012, je suis épaulé par des collaborateurs de qualité aux parcours professionnels différents qui s’enrichissent en permanence et qui travaillent sur la durée avec pour présidente d’honneur Brigitte de Prémont, ancienne députée RPR.

Une équipe soutenue par d’importants soutiens nationaux car le « système boulonnais » l’exige !

Parmi les soutiens : Jean-Louis Borloo, président de l’UDI, l'homme qui a redressé Valenciennes, et mon président de comité de soutien, l’ancien ministre de la défense, Hervé Morin.

Nous ne sommes plus isolés et encore moins demain à la mairie ! C’est un gage de réussite !

Mais voilà, c’était sans compter sur les turpitudes politiques de la vie politique boulonnaise et l’éclatement de l’aile droite. Je constate la division de l’UMP de Boulogne-sur-Mer en 3 groupes :

  • L’un autour d’Annick Valla TOUJOURS conseillère municipale UMP et qui veut faire sa liste.
  • Un autre autour d’inconnus sur la liste David Dubois soutenu par Daniel Fasquelle.
  • Un autre autour Richard Honvault et de sa liste de rassemblement. Certains de ses militants UMP souhaitent et seront présents sur ma liste.

Adhérent UDI, je ne peux que le regretter mais je reste impuissant devant les jeux d’appareil au sein de ce parti. Le dossier est entre les mains des instances nationales. Il y a des contextes politiques qui dépassent les affaires locales et le cas de Boulogne n’a jamais dérogé à cette règle.

J’ai pris acte de ce nouveau duo Dubois-Delepierre critiquant dans une presse versée à Gauche le bilan de l’unique groupe d’opposition. Soit ! Mais ces critiques viennent de personnes qui n’ont jamais été élues, qui ne savent pas l’ingratitude de siéger dans la minorité, et qui ont peu de chances d’y être à Boulogne du fait de leur situation personnelle :

  • David Dubois est un jeune homme de 27 ans, commerçant dans le cadre d’une franchise calaisienne (et non boulonnaise) qui est en redressement judiciaire depuis un an. Si par le pur hasard le redressement venait à être levé avant les élections ou tout autre amélioration, cela ne change rien au fait que M. Dubois a d’ores et déjà démontré qu’il ne sait pas gérer un groupe mais veut devenir maire d’une ville de 45.000 habitants.
  • Geoffroy Delepierre se définit lui-même dans la presse comme un jeune étudiant dont le site d’apprentissage se situe à Québec au Canada à plus de 5000 km de Boulogne-sur-Mer.

La situation personnelle de ces deux candidats UMP, les met en situation délicate vis-à-vis du pouvoir socialiste pour ne pas dire plus. Un devoir d’humilité s’impose donc et je les invite à mes côtés.

Indépendamment de ces deux personnes, l’UMP section Boulogne-sur-Mer n’existant pas, je n’ai rien à dire sur son bilan. Pour agir en faveur d’une l’alternative à la municipalité actuelle, seuls les militants UMP au sein de NEB ont pu le faire. Au passage, rétablissons aussi la vérité sur l’histoire politique de Boulogne puisque nous n’avons pas eu un mais deux maires centristes depuis la libération : Jean Febvay (1947-1953) et Jean Muselet (1989-1996). Tous deux ont été vainqueurs des élections à deux reprises.

Dépassons les querelles Droite - Centre pour puiser l’intelligence d’où qu’elle vienne car nous sommes tous d’accord sur l'essentiel :

  • Aux municipales comme aux cantonales dans les bureaux de Boulogne j'ai fait deux fois plus de voix que les candidats estampillés UMP, ce qui fait automatiquement de moi le candidat le mieux placé pour animer le rassemblement de la Droite et du Centre à Boulogne.
  • Nous sommes d’accord pour dénoncer les mêmes dérives du pouvoir en place. Ne nous trompons pas de cible qui n’est autre que l’équipe municipale actuelle et son bilan désastreux qui font de Boulogne-sur-Mer une ville en pleine régression.

Fort de ces constats j’invite chacun à venir grossir nos forces et pour le moins ne pas les affaiblir afin de donner à notre ville la possibilité d’occuper à nouveau la place qu’elle mérite.

 

Vive Boulogne-sur-Mer, vive ses habitants, vive le Boulonnais !

 

Richard Honvault.

scan de ma signature

Richard Honvault : « Nous sommes l’unique opposition avec un bilan ! »

Depuis quelques mois, plusieurs personnes inconnues du grand public et du monde politique se targuent d’être la réelle opposition au pouvoir socialiste à Boulogne-sur-Mer ? Quel est ton avis ?

 

Pour se prétendre être de l’opposition municipale il faut siéger au conseil municipal durant tout le mandat que vous ont confié les électeurs. Par conséquent, prétendre créer une vraie opposition, en sachant qu’on quittera Boulogne-sur-Mer en 2014,  c’est tromper l’électeur. Actuellement l’unique groupe d'opposition municipale est composé de Brigitte de Clercq, d’Alain Vadet et de moi-même. Je préside ce groupe et n'hésitons pas à voter contre les projets socialistes.

Annick Valla est la seule élue de sa liste et son concubin était un salarié de la mairie de Boulogne, ce qui lui ôte un peu de crédibilité. De plus, Annick Valla vote rarement contre les socialistes.

 Grégory Suslamare soutien plutôt la majorité socialiste et cherche une place auprès du P.S. comme nous pouvons le lire dans la presse. À ma connaissance Grégory Suslamare n'a jamais voté contre les socialistes.

 

À la lecture de la presse locale, on a l’impression qu’il y a 26 000 électeurs mécontents à Boulogne-sur-Mer et du coup 26 000 opposants déclarés contre le pouvoir en place. Toi qui es très attaché à la démocratie, ne penses-tu pas qu’en fin de compte chaque citoyen a le droit d’être la voix d’une forme d’opposition ?

 

Si il y a tant de mécontents il faut que cela se voit dans les urnes, pas dans les médias. Le réel enjeu c’est d’aller mettre un bulletin différent du vote P.S. le 9 mars prochain.

 

Quelques mots sur ton bilan en tant qu’élu d’opposition ?

 

Mon action va des aides à la personne, d’interventions sociales, de conseil dans les démarches administratives, à l’analyse. Nous avons, dès 2008, proposé un périmètre de sauvegarde du commerce dans le cadre d’une motion : nous n’avons pas été écouté pour finalement nous donner raison 4 ans après.

Nous avons alerté sur les emprunts toxiques, nous sommes intervenus pour lutter contre les logements insalubres et la division des immeubles. Ajoutons aussi qu’être dans l’opposition c’est aussi un travail de représentation en étant présent lors des manifestations et lorsque celles-ci nous sont ouvertes.

J’ai aussi un groupe de travail et des collaborateurs qui ont perduré tout au long des 6 ans, qui ont pris de l’ampleur à travers Nouvelle Energie pour Boulogne et qui ont été présents aux différentes élections tel que sur la liste centriste et UMP conduite par Valérie Létard aux dernières élections régionales 2010 ; présents pour assurer la tenue des bureaux de vote aux  régionales, aux cantonales en 2011 et au dépouillement des Présidentielles en 2012, sans que personne nous ait demandé quoi que ce soit. Nous sommes aussi élus dans des instances départementales et nationales des partis. Être dans l’opposition c’est aussi être le chef d’un groupe qui apporte des valeurs et un projet pour sa ville et sa région, là-dessus nous en avons fait la démonstration.

 

Et les limites dans ton rôle d'opposant  et de ton pouvoir ?

 

Le travail d’élu d’opposition reste ingrat. Il ne faut pas non plus oublier qu’au regard du droit, l’élu d’opposition n’a aucun pouvoir, sauf d'accès aux informations. L’intérêt de notre rôle est donc d’avoir les données nécessaires lors des conseils municipaux et de pouvoir "surveiller"  le pouvoir en place.

Cette surveillance reste modeste, car la représentation n'est pas proportionnelle aux résultats. En effet, seuls 10 sièges sur 43 sont ouverts à l’opposition. La liste N.E.B. que je conduisais en 2008 en a obtenu 3, ce qui n'est pas assez. Par exemple, faute d’un 4ème siège, nous n’avons pas accès à la commission d’appel d’offre qui attribue l’ensemble des marchés public de la ville. Par conséquent la municipalité de gauche décide seule et dans la confidentialité l’ensemble des marchés publics sans contrôle.

 

Quid des prochaines élections municipales et du rôle de l'U.M.P. ?

 

Aux municipales de 2008 le parachutage d’Annick Valla, venue de Neufchâtel-Hardelot, a froissé l’électorat U.M.P. qui ne s'est pas reconnue dans cette candidate. Ce même électorat U.M.P. nous a reproché de ne pas avoir fait de liste commune avec Annick Valla, sous-entendu : vous auriez dû vous ranger derrière Annick Valla.

Au bout du compte, l'électorat U.M.P. s'est massivement abstenu, ce qui a eu 3 conséquences:

1/ Un soutien massif à Frédéric Cuvillier.

2/ Une large défaite pour l'U.M.P. et Annick Valla.

3/ Un candidat centriste leader de l'opposition municipale.

Fort de cette expérience que je viens de décrire, j'invite les candidats U.M.P. à réfléchir et à ne venir dans l'arène politique de Boulogne-sur-Mer, non pas pour casser du Honvault, mais pour défendre un projet et les valeurs de leur parti.  Je les invite surtout à s'investir dans la durée, et non à faire un coup politique.

Fort de cette expérience que je viens de décrire, je rappelle aux candidats U.M.P., que sans une équipe de 42 personnes, ils ne sont rien.

Fort de cette expérience que je viens de décrire,  je demande aux électeurs U.M.P. de bien réfléchir, et surtout  voter massivement au premier tour pour le candidat qui leur semblera le plus à même de contrer le pouvoir socialiste. Ce candidat peut être U.M.P. ou Centriste, cela n'a pas d'importance, c'est le vote qui est important. Et je peux ajouter une petite note  personnelle, je préférerai que ce soit le candidat centriste.

Richard_Honvault_Rassembleur

Agenda de la semaine du 8 au 14 juillet 2013

 

logo agenda

 

Lundi 8 juillet :

- Au travail.

- 18h : réunion de travail sur le programme.


Mardi 9 juillet :

- Au travail.

- 18h : rencontre avec de futurs adhérents.

 

Mercredi 10 juillet :

- Au travail.


Jeudi 11 juillet :

- 14h : rencontre avec de futurs candidats.

- 15h30-17h : réunion de travail sur le programme.

- 18h30 : inauguration de la fête de la mer.

 

Vendredi 12 juillet :

- Présence, au cours de la journée, à la fête de la mer.

- 18h30 : Présence au repas organisé par Brigitte Fouré et ses amis.

 

Samedi 13 et dimanche 14 juillet :

- Séjour chez des amis.

Le point sur les trois dernières semaines

Depuis la venue d’Hervé Morin dans notre ville,  le temps est passé très vite. Le mois de juin a été très riche pour notre mouvement avec la multiplication de rendez-vous avec des personnes intéressées par ma démarche politique. Les citoyens boulonnais que j'ai pu rencontrer prennent de plus en plus conscience que nous sommes la voie du renouveau à Boulogne-sur-Mer grâce à une politique saine et réaliste. Le travail de fond que je fais avec mes collaborateurs paie. 

RH-Catherine

Les efforts que nous faisons pour tenter de redresser notre ville résonnent par-delà ses frontières avec la convention départementale de l’U.D.I. à Béthune du 8 juin que j’ai présidé tout en étant aidé avec une délégation boulonnaise qui a brillamment tenu les bureaux de vote en compagnie d’autres assesseurs venant de tout le département. Les militants n’ont pas manqué à leur devoir en venant voter en masse pour leurs représentants et j’ai été élu conseiller départemental et national avec quatre personnes de mon équipe : Alain Vadet, Brigitte Treizebre, Hervé Deroite et Jean-Louis Parmentier. Preuve que notre mouvement ne laisse pas indifférent les responsables des autres communes du Pas-de-Calais.

RH conseil départemental

Le mois qui vient de s’écouler fut aussi marqué par la visite du Louvre bis à Lens, qui est une très belle réalisation, mais je ne peux m’empêcher d’avoir des regrets car si nos élus avaient été agressifs sur le dossier, ce musée aurait eu toute sa place dans notre ville en complément de Nausicaa !

Comment ne pas évoquer aussi, quelques jours après, notre participation au premier conseil national de l’U.D.I. le 15 juin à Paris dans le quartier de la Défense. Un conseil de haute tenue présidé par Hervé Morin (président de notre comité de soutien) où l’U.D.I. a voté son programme de redynamisation économique du pays. Cela a été aussi l’occasion de montrer à Jean-Louis Borloo notre envie de vouloir changer la donne à Boulogne-sur-Mer, ce à quoi il a montré un intérêt réel à notre démarche politique en phase avec son discours de clôture.

RH conseil national UDI

Ces divers déplacements ne me font pas oublier mon devoir d’élu local et mon implication associative. Ma participation le 18 juin à la commission voierie a été l’occasion de rappeler que trop de ralentisseurs de type « dos d’âne » rendaient la circulation difficile dans notre ville. Je souligne au passage qu’il n’a pas été fait mention des changements de circulations liés aux travaux du pont de l’Entente Cordiale qui font pourtant partie de l’actualité boulonnaise… S’est ensuivi la formation I.F.D. (Institut Formation Démocrate)  sur le calcul de la révision des bases fiscales, comment les optimiser, et défendre l’équité fiscale.

Sur le plan associatif,  s’est tenu les 20 et 22 juin l’Assemblée Générale de la chapelle du Saint-Sang puis le premier Café Europe sur le sol calaisien grâce à l’initiative de Romain Boucher auquel une délégation boulonnaise a participé.

 

Enfin, le mois s’est terminé avec une grande réunion des adhérents de Nouvelle Énergie pour Boulogne le 28 juin pour évoquer et mettre en pratique tout le travail en préparation des uns et des autres pour nos objectifs à venir.

 

Richard Honvault.

 

Lettre de candidature aux municipales de mars 2014

Chers amis Boulonnais, pour tous ceux et celles qui gardent espoir,

La question n’était pas de vouloir y aller mais de pouvoir : être en capacité d’y faire quelque chose sans y laisser sa peau. On n’est pas candidat à Boulogne-sur-Mer face au P.S. comme on est candidat à Amiens, à Bernay, Rouen ou Valenciennes.

La volonté d’y aller est toujours ancrée : rendre à Boulogne son panache, car j’ai mal à ma ville ! Nous sommes les seuls à fixer un cap depuis des années et qui apportons un projet alternatif aux projets pharaoniques qui ne se réaliseront jamais.

Depuis 2007 et lors des municipales de 2008 avec Alain Vadet, expérimenté et fin connaisseur, j’ai pu vraiment prendre la mesure que Boulogne-sur-Mer, que le Boulonnais, et quelque part toute la Côte d’Opale, vivait sous un système sclérosé dans tous les domaines. Je suis une personne responsable, et vous conduire, c’est aussi mettre chacun d’entre nous en capacité de mener à bien son engagement politique.

C'est-à-dire que nous avons tout fait pour être en capacité d’être candidat de porter ce message et cette alternative politique. Dès le lendemain des résultats des Municipales de de 2008 nous avions posé les critères pour être candidat en mars 2014. Nous les avons tous plus ou moins réussi en sachant que nous n’aurions peut-être pas été au bout sentant que la pourriture de l’environnement ne le permettrait pas.

Mais il y avait un critère fondamental : c’était la bienveillance de mon autorité nationale, une condition obligatoire dans le contexte houleux de la politique boulonnaise.  J’ai obtenu bien plus que de la bienveillance car nous pouvons compter sur le soutien et l’implication d’Hervé Morin, président du Nouveau Centre et de notre comité de soutien, et depuis juin 2012 sur celui de Jean-Louis Borloo suite à la création de la fédération centriste U.D.I.

Ensemble, nous avons replacé Boulogne dans le concert politique des villes qui comptent !

Notre solide projet pour votre ville ne peut être réalisé que si il y a une synergie entre les pouvoirs locaux et nationaux. C’est une règle indispensable car une fois en mairie nous aurons besoin de l’expérience des cadres, de leurs contacts, pour les techniciens, les appuis, car Boulogne-sur-Mer qui doit rayonner à nouveau n’est pas un village !

Ainsi, je suis candidat à la mairie de Boulogne-sur-Mer et je présente une liste dans le même esprit qu’en 2008 : citoyens sans étiquette, U.D.I., MoDem, UMP, écologistes, société civile, et des déçus du socialisme, car notre ville appartient à ses citoyens au-delà des clivages politiques.

C’est ici, c’est maintenant, c’est pour vous, c’est avec vous !

Richard Honvault.

 

 

Réunion publique autour d'Hervé Morin et Richard Honvault, le jeudi 30 mai à 19H

 

RH avec Hervé Morin Ministre de la Défense

Richard Honvault, conseiller municipal aura le plaisir de recevoir Hervé Morin, ancien ministre de la Défense, président du Nouveau Centre, co-fondateur de l'UDI (Union des Démocrates et Indépendants) et président du conseil national de l'UDI, les 30 et 31 mai à Boulogne-sur-Mer.

Une réunion publique sur le thème :

« Quel rôle pour la France et l'Europe dans la lutte contre le terrorisme international »

le jeudi 30 mai à 19H à Boulogne-sur-Mer, Maison des gens de Mer, Foyer du Marin, quai Chanzy.

invitation_fede62_morin

Posté par Richard Honvault à 11:13 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,